Autoritaire, récalcitrant, introverti, stressé, susceptible, orgueilleux, pinailleur … Une équipe est constituée d’individus différents et dont les traits de caractères sont parfois difficilement compatibles avec un travail d’équipe harmonieux. Certaines situations peuvent engendrer des mésententes, des conflits ou des frustrations qui amplifient les comportements nuisibles à l’organisation du groupe. En tant que manager, vous devez être réactif et capable de gérer les situations épineuses et susceptibles d’empirer. Mais comment manager une équipe difficile ? Nos quelques conseils vous apportent un éclairage sur la conduite à tenir pour agir en bon leader.

Savoir reconnaître le problème

L’ambiance est tendue, l’atmosphère est pesante, ça chuchote, ça murmure et vous sentez bien qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas comme d’habitude. En tant que manager, c’est à vous d’identifier le problème et de le résoudre au plus vite, avant que la situation ne s’envenime. Demandez-vous quel événement ou quelle situation a pu perturber l’équipe. Il peut s’agir d’une surcharge de travail, de l’arrivée ou du départ d’un membre de l’équipe, d’un contretemps sur l’avancée du projet, ou du comportement gênant d’un collaborateur. Quel qu’il soit, il est indispensable d’identifier le problème pour pouvoir le résoudre.

Cet article peut également vous intéresser : Gestion des conflits au travail : comment les gérer et les résoudre ?

Écouter chaque collaborateur

Montrez que vous êtes à l’écoute de vos collaborateurs. L’écoute est une forme de respect et de considération envers les membres de votre équipe et instaure une relation de confiance qui les pousse à se confier plus facilement à vous en cas de problème.

Organiser des débriefings ou des entretiens individuels permet de remettre les “pendules à l’heure” et d’adapter ou de répartir les tâches en fonction des compétences de chacun. Cela permet également d’agir en amont, de façon à éviter les conflits et autres problèmes relationnels qui peuvent surgir au sein d’une équipe.

L’idéal est de connaître la source du problème avant d’organiser les entretiens, et non pas d’organiser les entretiens pour prendre connaissance de la nature du problème.

Si un collaborateur précis est concerné et que vous l’avez identifié, vous pourrez faire en sorte qu’il exprime ses rancœurs et les raisons de celles-ci. Expliquez-lui que vous allez tout faire pour résoudre ce problème car la négativité qu’il renvoie nuit à la dynamique de l’équipe. C’est aussi une façon de le replacer dans l’équipe en tant qu’individu pour lui montrer qu’il a sa place dans cette équipe.

Faire preuve de psychologie et de discernement

Qu’il soit chef de projet ou chef d’équipe, au bureau ou sur le terrain, un manager doit connaître chaque membre de son équipe.

Adapter sa communication

Cela lui permet d’adapter sa façon de communiquer au tempérament de chacun. Certains ont besoin d’être rassurés, d’autres aiment être félicités et encouragés, d’autres tombent facilement dans l’adversité, et l’un ou l’autre de vos collaborateurs n’est peut-être pas assez valorisé et ses compétences mal exploitées.

Utiliser les « défauts » des collaborateurs

Transformez les défauts de vos collaborateurs en qualité ou en force dans le fonctionnement de l’équipe. Responsabilisez le râleur qui critique sans arrêt les décisions prises, confiez les tâches nécessitant de la discrétion à l’introverti peu communicant ou montrez votre confiance au petit nouveau de l’équipe en le chargeant d’une tâche délicate. En tant que leader de l’équipe, vous êtes force de proposition. Il vous appartient de savoir comment manager une équipe difficile et de faire émerger les solutions qui mènent au retour à la normale. Il peut être question de redistribuer certaines tâches, d’améliorer le mode de communication ou encore de prendre des décisions en commun. Obtenir la satisfaction de ses collaborateurs, c’est s’assurer de leur motivation et de leur implication dans le projet de l’équipe.

Communiquer de façon transparente

Pratiquer une communication claire et honnête

Pour que les membres d’une équipe donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils doivent se sentir impliqués dans le projet et se sentir concernés par l’objectif à atteindre. Pour cela, ils doivent avoir une pleine connaissance du dossier sur lequel ils travaillent. Chaque collaborateur doit savoir ce que vous attendez de lui. Chacun doit ressentir qu’il a une réelle place dans l’équipe, qu’il est un maillon de la stratégie mise en place et qu’il a un vrai rôle à jouer dans la réussite du projet en cours. Cela va obligatoirement entraîner une dynamique positive où chacun a envie de performer et de prouver ses compétences.

Renforcer l’esprit d’équipe

Pour renforcer l’esprit d’équipe, on passe encore par la communication. De plus, favoriser les échanges de points de vue peut s’avérer très constructif. N’hésitez pas à provoquer ces situations. Cela vous permet en même temps de « prendre la température » de l’ambiance de travail, chose à laquelle vous devez toujours rester vigilant. Encouragez la prise de décisions communes et laissez chacun s’exprimer sur le projet. En plus d’impliquer vos collaborateurs, cela facilite la communication entre les membres de l’équipe.

Manager une équipe difficile ne demande pas plus de compétences que manager une équipe classique. Il faut cependant faire preuve de plus de vigilance afin d’être alerté au moindre problème. L’anticipation est alors le maître mot. Une équipe difficile, c’est souvent l’association de personnes à fort caractère qu’il faut temporiser. En tant que leader, vous êtes garant de la cohésion de l’équipe et il vous appartient de mettre en place un cadre de travail stimulant. Et si vous parvenez à instaurer une bonne dynamique de groupe, même vos collaborateurs les plus récalcitrants accepteront plus facilement les aléas et contraintes susceptibles de surgir durant la réalisation du projet.